Les femmes douanières, combattantes infatigables pour la cause de la femme.

Les douanières du Département de Pointe-Noire ont participé massivement le 8 mars 2016 aux activités marquant la célébration de la Journée internationale de la Femme, organisées par Mesdames Félicité MENO DIOP TCHILOUMBOU et PAKA SOULOUKA, respectivement Directrice Départementale de la Promotion de la Femme et Directrice Départementale de l'Intégration de la Femme au Développement de Pointe-Noire, en présence du Préfet de ce Département, Monsieur Alexandre Honoré PAKA et du Député-maire de la ville, Monsieur Roland BOUITI VIAUDO.

Cette 106ème journée au niveau international a eu pour thèmes : « Planète 50-50 d'ici 2030. Franchissons le pas pour l'égalité des sexes» et «Le rôle des droits fondamentaux des femmes : gage de développement durable». Pour la 41ème journée au niveau national, le thème retenu a été « Le rôle de la femme dans le maintien de la paix en période électorale ; enjeux et perspectives. »

En souvenir de la lutte des femmes pour la reconnaissance de cette journée, une marche pacifique des femmes, des structures tant publiques que privées, ainsi que des confessions religieuses est partie du rond-point Kassai pour la Préfecture de Pointe-Noire, où elles ont été reçues par le Préfet du Département et le Député-maire de la ville de Pointe-Noire.

Pour Mme Félicité MENO DIOP TCHILOUMBOU, c'est le moment pour la femme de jouer un rôle important dans le maintien de la paix au sein du foyer, au travail, voire au sein de la nation. Surtout en période électorale, elle doit être un vecteur d'apaisement et de maintien de la paix, pour le développement du pays.

Quant à Mme PAKA SOULOUKA, elle a insisté sur le fait que la femme doit se battre pour son intégration à tous les niveaux de la société, car le développement du pays en dépend. Poursuivant, elle a indiqué que le gage d'un développement durable de notre société passe par le respect des droits fondamentaux de la femme.

Monsieur Alexandre Honoré PAKA, Préfet du Département de Pointe-Noire, a encouragé les femmes dans le combat pour le respect de leurs droits fondamentaux. Il a souligné qu'à l'occasion de cette journée, célébrée à travers le monde, les femmes doivent démontrer leurs réalisations, au-delà des divisions nationales, ethniques, linguistiques, culturelles, économiques ou politiques. C'est une occasion de faire le point sur les luttes et les réalisations passées, de maintenir la paix et la stabilité dans le pays en période électorale et de préparer l'avenir pour les générations futures de femmes, a-t-il conclu.

Pour les douanières de Pointe-Noire, le clou de cette journée ont été les retrouvailles autour d'un repas avec Madame Florence LOEMBA, Directrice Départementale des Douanes et Droits Indirects de Pointe-Noire, au Mess Mixte de Garnison. Ce fut une occasion pour Madame la Directrice d'encourager les femmes douanières de s'unir pour mieux défendre leurs droits.

Il sied de rappeler que l'origine de la Journée internationale de la Femme remonte aux luttes ouvrières et aux nombreuses manifestations des femmes réclamant le droit de vote, de meilleures conditions de travail et l'égalité entre les hommes et les femmes.

La création d'une journée internationale des femmes a été proposée pour la première fois en 1910 par Clara Zetkin, lors de la conférence internationale des femmes socialistes et s'inscrivait alors dans une perspective révolutionnaire. Ce n'est qu'à partir de 1917, avec la grève des ouvrières de Saint-Pétersbourg que la tradition du 8 mars s'est mise en place. Après 1945, la Journée internationale de la Femme est devenue une tradition dans le monde entier. Cette Journée a pris une nouvelle dimension mondiale dans les pays développés, comme dans les pays en développement. Le mouvement féministe en plein essor, qui avait été renforcé par les conférences mondiales sur les femmes organisées sous l'égide de l'ONU, a aidé à faire de la célébration de cette Journée le point de ralliement des efforts déployés de façon coordonnée pour exiger la réalisation des droits des femmes et leur participation entière au processus politique et économique.

Par Nestor Bourangon.